Chronique / résumé de la bande dessinée

Spirou – Le maître des Hosties Noires

 

Fiche technique

Dessin: Olivier Schwartz

Scénario: Yann

Album: 62 pages en couleurs

Éditeur: Dupuis

 

Présentation

 

La femme Léopard (rappel)

Bruxelles, 1946. Une implacable canicule s'abat sur la capitale belge, encore très marquée par la Seconde Guerre mondiale. Sur les toits, une femme-léopard fuit, poursuivie par deux robots inquiétants au look de pygmées géants, et trouve refuge au Moustic Hôtel, dans la chambre mansardée du colonel Van Praag, un vieux colon irascible. Découverte par ce dernier, la sculpturale jeune femme est blessée à l'épaule par le vieillard à la gâchette sensible. C'est à ce moment qu'intervient Spirou. Un Spirou méconnaissable... qui s'est mis à picoler ! Car, incapable d'oublier la jeune Audrey, l'héroïque groom a pris la mauvaise habitude de noyer régulièrement son spleen dans l'alcool. L'irruption d'Aniota, la femme-léopard, va agir comme un électrochoc sur Spirou, car l'étrange créature va l'entraîner dans une grande aventure africaine à la recherche d'un fétiche volé à sa tribu ! Et après un petit détour par Saint-Germain-des-Prés, Spirou et Fantasio se retrouveront sur la piste de nazis (eh non, ils n'étaient pas tous morts) chercheurs d'uranium qui poursuivent, à coup sûr, de sombres desseins...


Le maître des Hosties Noires

Spirou et Fantasio (et Spip) ont décidé d'accompagner Aniota au Congo pour rapporter le fétiche à la tribu des femmes-léopards. Sur leur route, ils croiseront une reporter très sexy de Life, un missionnaire liégeois qui parcourt le pays avec ses films éducatifs de Pili-Pili et Mata-Mata (les Laurel et Hardy africains), des savants atomistes pas encore tout à fait dénazifiés... et des tas d'animaux sauvages. Ils devront également affronter leur vieil ennemi, le colonel Von Knochen, un président indépendantiste d'opérette qui veut atomiser Bruxelles et le plus redoutable féticheur du continent et ses robots-gorilles. Un voyage mouvementé, une aventure trépidante et une plongée pleine de nostalgie dans ce qui constituait la "10e province" belge...

Avis

Suite (et fin) très attendue de « La femme Léopard » après 2 ans et demi d’attente.

Le talent graphique d’Olivier Schwartz est à souligner : décors détaillés, ambiance idéalement retranscrites, … Le style est aussi lisible qu’agréable à lire.

L’humour noir et nostalgique y est pratiqué. On y retrouve quelques jeux de mots et un côté grinçant. L’album aborde de nombreux sujets comme la magie noire, le colonialisme ou le fascisme. En effet, non seulement l’album est drôle et trépidant, il use également en permanence d’un ton distancié et d’un humour qui oscille entre le premier et le second degré. On croise dans les pages de cet album des savants nazi pas loin d’être fou, un dictateur et son comparse, un gamin des rues plus ketje que ketje qui nous permet de découvrir le sabir belgo-congolais et une tribu de femmes guerrières et sorcières.

L’album est absolument réussit, les deux auteurs donnent le meilleur de leurs art pour une histoire désopilante de bout en bout.

 

Et maintenant, à vous de lire et de me donner votre avis dans les commentaires ci-dessous...
 

 

Notation de la bande dessinée Le maître des Hosties Noires

Avez-vous lu cette bande dessinée ? Combien la notez-vous ?

Liens vers les albums


Le Spirou de ... - tome 11 - La femme Léopard 2/2 (Le Maître des hosties noires)
(Réduction de 10% sur toutes les BD pour les clients résidant en Belgique)


Le Spirou de ... - tome 7 - La Femme léopard 1/2
(Réduction de 10% sur toutes les BD pour les clients résidant en Belgique)

Vous voulez vous abonner à mon blog ?

Rien de plus facile. Cliquez sur ce lien ou ce bouton  et remplissez votre e-mail dans le formulaire. Vous serez ainsi informé de mes prochains nouveaux articles. A bientôt !

Retour à l'accueil