Témoignage, anecdote BéDé - projet de biographie

La première rencontre entre Albert Uderzo et Victor Hubinon

Eddy Paape, Victor Hubinon, Georges Troisfontaines, Jean-Michel Charlier, Albert Uderzo et Michel Tack (Mitacq) réunis sur une même photographie

Voici la petite histoire amusante d'une rencontre peu ordinaire entre deux monstres sacrés de la bande dessinée franco-belge. Je vous parle après de mon projet de biographie.

Bruxelles, 1951

A cette époque, Victor Hubinon travaille pour la "World Press" dont le patron est Georges Troisfontaines. L'équipe est composée notamment de Jean-Michel Charlier, Albert Weinberg, Eddy Paape, Michel Tacq (Mitacq), Jacques Dessart et Victor Hubinon. Cette équipe travaille à Bruxelles et loge sur place déjà depuis 1947. D'abord situé à Scharbbek, rue Renkin derrière la gare du Nord à Bruxelles. Ceci pour une raison pratique et afin que les liégeois (Victor Hubinon, Jean-Michel Charlier, Georges Troisfontaines et Albert Weinberg) se rapprochent des bureaux des Editions Dupuis pour livrer leurs planches.

En 1951, la « World Press » devient l’"International Press" et s’installe dans de nouveaux locaux, au cœur même de Bruxelles, à la Place De Brouckère. Outre le studio de dessins, s’y installe également le "journal lumineux", une autre idée géniale de Georges Troisfontaines. C’est là également que René Goscinny y fera ses premières armes… venant des États-Unis.

Victor, qui travaille sur les planches de Buck Danny ("Les trafiquants de la mer rouge"), reste très souvent bloqué sur place, à Bruxelles, pour finir ses planches. En réalité, Victor reste quatre jours à Bruxelles, puis retourne chez lui à Liège trois jours par semaine. Il va rencontrer de façon un peu particulière un certain Albert Uderzo, qui vient grossir le rang des dessinateurs de l’"Internationnal Press" dans les bureaux de Paris pour l’équipe d’Yvan Cheron.

Albert ne va rester qu’une semaine à Bruxelles et va en conserver un souvenir mémorable. De toute façon, il préfère travailler de chez lui, dans l’appartement de ses parents, rue de Montreuil à Paris. Durant ce séjour, Victor et Albert dorment l’un à côté de l’autre.

Albert Uderzo témoigne : « Je ne suis resté qu’une semaine à Bruxelles parce que je suis tombé sur une bande de fous furieux. Pour la petite histoire, à la fin de la soirée, après la visite des bureaux de la Place de Brouckère, ils m’ont invité à dormir dans l’un de leurs appartements de la rue Paul-Henri-Spaak. Nous y sommes arrivés assez tard car nous étions sortis manger. Là, alors que je découvre une petite chambre, ils me disent ‘Si vous voulez, on vous apporte un matelas, vous dormirez par terre’, car l’espace était relativement réduit. Victor Hubinon travaillait d’arrache-pied quatre jours par semaine à Bruxelles, puis il partait à Liège, son lieu d’habitation les trois autres jours. Pendant ces quatre jours, il travaillait quasiment jour et nuit. Et la première nuit que j’ai passé chez Troisfontaines, j’ai été réveillé à trois heures du matin par un bruit insolite. J’ai vu arriver dans le noir un type qui est venu s’installer à côté de moi sur sa paillasse. J’ai appris le lendemain matin que c’était Hubinon qui faisait Buck Danny et qui dormait ses quatre heures pour aller se remettre sur le travail après… C’était intenable… avec Hubinon qui me réveillait en sursaut toutes les nuits. J’avais toujours l’impression qu’un voleur rentrait dans l’appartement ! ».

Dans l’appartement, il y a aussi le dessinateur de la Patrouille des Castors Michel Tacq, mieux connu sous le pseudonyme Mitacq. « Il était scout », se souvient Albert. « De temps en temps, il jouait du clairon à la fenêtre du cinquième étage de la place de Brouckère ! C’était vraiment complètement dingue ! Je devais rester plusieurs jours, mais j’ai vite repris ma voiture pour rentrer à Paris ».

Jean-Michel Charlier de son côté est vu comme un bourreau de travail car il passe son temps à taper à la machine. « Il sera vite surnommé amicalement ‘Tape-dur’ par son entourage » se souvient encore Uderzo. « J’ai trouvé que c’était un garçon étrange. En effet, il acceptait tellement de travail qu’il était toujours en retard. Il donnait à chaque fois une bonne explication; il enterrait une tante puis un oncle… C’est fou ce qu’il a pu perdre comme membres de sa famille ! Après, il a changé d’excuse en invoquant le vol de sa machine à écrire ou de ses dossiers… ».

 

Sources

- Livre: « Uderzo, L’intégrale 1951 – 1953 », par Alain Duchêne et Philippe Cauvin.

- Documentaire: « Albert Uderzo, portrait d’auteur » (1998) - Centre National de la bande dessinée et de l’image.

 

Je vous remercie d'avoir lu mon article jusqu'ici, et j'espère que ce petit extrait vous aura plu. Je vais maintenant vous expliquer mon futur projet de biographie. Mais avant de vous expliquer celui-ci, je tiens à me situer dans le contexte. Vrai passionné de bande dessinée, j'ai déjà écrit un premier livre en hommage au dessinateur Arthur Piroton (Jess Long, Michel et Thierry, ...) que j'ai connu étant enfant et que j'admire beaucoup pour son œuvre. Peut-être l’avez-vous lu ? Ce premier projet de livre a été très difficile à mettre au point car je n'ai pas eu la chance d'avoir de maison d'édition. Je me suis donc dirigé vers l'autoédition mais je n'avais aucune expérience dans ce domaine. En 2009, mon projet voit enfin le jour. Evidemment je suis seul pour le faire connaître, ce qui veut dire pas de distribution dans les librairies, les grandes surfaces, ... pas de marketing, pas de publicité, ... Ce fût un échec car il n'a pas été suffisamment connu et donc les ventes n'ont pas été au rendez-vous malgré de nombreux efforts. Dernièrement, j’ai décidé d’arrêter la vente et la promotion de ce livre (malgré le stock qui me reste) et de me tourner vers un nouveau projet qui me passionne lui aussi. J’ai aussi décidé de faire autrement, plus fort de cette première expérience. Avant de me lancer dans ce nouveau projet, je veux m'assurer d'avoir un public suffisant. C'est pourquoi aujourd'hui, je m'adresse à vous afin d'avoir votre retour avant de commencer cette nouvelle aventure... Internet est aujourd'hui un formidable outil pour se faire connaître, se rencontrer, et pourquoi pas échanger. Merci d'avance pour vos réactions.

 

Explications sur mon projet de biographie

Cet article est un extrait de mon projet de biographie sur Victor Hubinon, fruit de mes recherches et de mes rencontres avec plusieurs personnes de première importance comme François Walthéry qui m'a apporté son aide, ou Albert Uderzo avec qui j'ai eu une petite correspondance amicale. J'ai recueilli beaucoup d'anecdotes intéressantes et amusantes, et parfois moins connues du grand public. Quelle belle aventure humaine et passionnante ! J'ai rencontré des personnes que je n'aurait jamais pu imaginé rencontrer avant: toujours intéressant, toujours passionnant !

J'aimerai partager avec vous mon enthousiasme et ma passion ! C'est déjà le but de ce blog mais il peut se prolonger dans un beau livre. Pour cela, j'aimerai avoir vos retours, vos avis sur ce futur projet de biographie déjà bien entamé. Va-t-il intéresser mes lecteurs ?

Quel est votre avis à propos d'une telle biographie sur Victor Hubinon ? Trouvez-vous ce projet intéressant ? Votre avis compte pour moi afin de le finaliser et de le corriger ou, mieux encore, de l'enrichir.

N'hésitez pas à me faire part de vos remarques et de vos commentaires dans la zone prévue ci-dessous à cet effet.

Je vous remercie d'avoir tout lu (tout le monde ne le fera pas). J'espère avoir une réaction de votre part dans les commentaires ou à partir du formulaire de contact.

 

Victor Hubinon est le premier dessinateur des aventures de "Buck Danny" dans le journal de Spirou (44 albums parus aux éditions Dupuis), "Barbe Rouge" pour le magazine "Pilote" (17 aventures dessinées par Hubinon), "Tarawa, atoll sanglant" (pour les éditions Dupuis), "Surcouf", "Stanley", "Mermoz", "La Mouette", "Tiger Joe", "Jo la Tornade", une aventure de "Blondin et Cirage" (un remplacement de Jijé), "Pistolin", "Fifi", "Jeannot", "Rik Junior", ...

 

Votez pour ou contre une biographie de Victor Hubinon ci-dessous

Couverture dessinée par Victor Hubinon pour "Les trafiquants de la mer rouge" (Buck Danny) - 1951

 

Vous voulez vous abonner à mon blog ?

Rien de plus facile. Cliquez sur ce lien ou ce bouton  et remplissez votre e-mail dans le formulaire. Vous serez ainsi informé de mes prochains nouveaux articles. J'espère vous revoir bientôt !

Retour à l'accueil