Hergé est encore très présent dans la capitale Belge. En vous promenant dans Bruxelles, ci et là, vous aurez une impression de déjà vu. Déjà vu dans un autre monde, un monde de papier, un monde fait de belles couleurs... Bruxelles n'est jamais nommée dans les albums de Hergé, que ce soit dans ceux de Tintin ou de Quick et Flupke, mais suffisamment d'indices ont été semés pour pouvoir reconnaître l'endroit. Au détour d'une rue, vous verrez de superbes fresques. La bande dessinée, est très présente à Bruxelles. Et des traces du passage de Hergé parmi nous sont encore très actuelles. Je vais vous montrer les endroits, que j'ai pu voir. Des lieux que Hergé a bien connu ou des lieux, imaginaires ou non, où j'ai pu apercevoir le talent de ce grand monsieur de la bande dessinée...

Voici ces différents lieux en photos...

Sur les traces de Hergé (1907-1983)

Un endroit très important: 17 avenue Delleur à Watermael-Boistfort... Cette maison fût le domicile de Hergé de de 1939 à 1953.  C'est dans cette maison que vont naître les plus belles aventures de Tintin. C'est d'ici que Hergé dessinera pour la première fois le capitaine Haddock, que ce sacré Tryphon Tournesol prendra également naissance. C'est ici que les Studio Hergé sont nés et que le premier collaborateur de Hergé, Edgar Pierre Jacobs, va travailler sur la refonte des albums et passer à la couleur.  C'est également ici que son plus grand fan, Stéphane Steeman, le rencontra pour la première fois un beau jour de 1953...

Un autre endroit important dans la vie de Hergé, c'est sa maison à la campagne, dans la rue portant désormais son nom à Céroux-Mousty dans le Brabant Wallon. Cette maison de type fermette fût acquise par Hergé en 1949. Avant d'y vivre, Hergé va y entreprendre de gros travaux d'aménagement et d'embellissement. Il ne se fera domicilier ici que le premier décembre 1953. Hergé veut faire de Céroux-Mousty son chez soi, pas son lieu de travail. Il va installer un studio de travail dans l'avenue Louise à Bruxelles.

Sur les traces de Hergé (1907-1983)

Et voici la villa du professeur Hippolyte Bergamotte (voir l'album "Les 7 boules de cristal" à la page 28, case 9). Et oui, à cette époque il était voisin de Hergé puisque ce bâtiment se trouve non loin du 17 avenue Delleur. A deux pas! C'est en effet cette maison qui a servi de modèle pour l'album. 
Edgar P. Jacobs se souviendra, en 1975, du moment où, avec Hergé, ils ont pris un croquis de cette villa: "Nous n'avions rien trouvé de mieux qu'une villa 1900 avec des colombages, des agencements de ce genre, mais elle était occupée par des allemands; nous allions prendre des croquis au moment où les Allemands commençaient d'ailleurs à déménager en douce - l'offensive avait déjà été déclenchée - et, sous leur nez, nous étions en train de faire des croquis alors qu'ils pouvaient bien nous prendre pour des espions!"

Sur les traces de Hergé (1907-1983)

Un autre endroit important dans la carrière de Hergé: Le bâtiment du Lombard. Dans le conseil de rédaction, Hergé y était le directeur artistique. Cet immeuble est situé au coeur de la capitale, dans le quartier de la gare de Bruxelles-Midi. Il est haut de huit étages et symbolise la réussite du Lombard. Le plus impressionnant est son enseigne à l'effigie de Tintin et Milou. Elle fait cinq mètres de diamètre pour 3 tonnes et 750 kilogrammes. Son inauguration a eu lieu à la mi-septembre 1958. L'enseigne est classée depuis mai 2006. Le Journal "Tintin" aurait eu 70 ans le 26 septembre 2016. Ce bâtiment abrite la fondation Raymond Leblanc depuis cette date. La superbe maquette du bâtiment, avec son enseigne tournante, est exposée à la Fondation Raymond Leblanc. 

Sur les traces de Hergé (1907-1983)

Ce buste de Tintin a été réalisé par le sculpteur Nat Neujean en 1952. Il a trôné pendant une trentaine d'années sur le bureau de Hergé. Il accueil désormais les visiteurs du Centre Belge de la Bande Dessinée. 

 

La statue de Tintin, en grandeur réelle, est aussi l'oeuvre de Nat Neujean. C'est Raymond Leblanc qui a commandé la statue de Tintin et Milou au sculpteur belge pour fêter les 30 ans du Journal Tintin. Elle sera inaugurée le 29 septembre 1976 au parc du Wolvendael, à Uccle. A la suite d'actes de vandalisme, la statue de Tintin est retirée du parc pour être placée à l'abri au Centre Culturel d'Uccle. Celle-ci est un exemplaire qui a été exposé lors des 175 ans de la Belgique.

Hergé, dès les premiers scénarios des aventures de Tintin, se documente. Ces livres font partie de ceux utilisés pour l'élaboration de certaines histoires. 

Hergé a été scout et fort attaché à ce mouvement, lancé par Lord Baden-Powell. En 1920, il commence ses études secondaires à l'institut Saint-Boniface à Ixelles. Il fera partie de la troupe scoute du collège, où il recevra le nom totémique de 'Renard curieux'. 

Dans les rues de Bruxelles, de nombreuses peintures reprennent les personnages qui ont fait, ou font, les beaux jours de la bande dessinée belge. Les personnages de Hergé n'échappent pas à la règle. Tout d'abord, non loin de la Grand-Place de Bruxelles, rue de l'Etuve, c'est Tintin, accompagné de son fidèle Milou et du capitaine Haddock qui descendent les escaliers de secours de l'hôtel Zsnôrr(*) à Szohôd, en Bordurie. (Voir "L'affaire Tournesol" - 1955, page 50, vignette 11). Cette fresque fait 13,37m de haut sur 2,88m de large. Son agrandissement n'a demandé que quelques retouches mineures par rapport à la vignette d'origine. 
(*) En bruxellois, "zsnôrr" peut signifier "moustache" ou être l'onomatopée d'un ronflement particulièrement sonore. 

Ensuite, c'est dans le quartier des "Marolles", quartier du bas de la ville, qu'ont joué deux garnements toujours prêts à vous jouer un mauvais tour... Ces Ketjes de Bruxelles se nomment Quick et Flupke! C'est en effet au coin de la rue Haute et la rue des Capucins que vous aurez l'honneur de les admirer dans leur oeuvre. 

Si Tintin, vous accueille au Centre Belge de la Bande Dessinée, par contre attention en montant les marches conduisant aux expositions. Apparemment, un certain capitaine Kraddock, ou Kappock... enfin, le capitaine a fait une petite chute. "Mais quand donc viendra ce marbrier de malheur! Allo? Monsieur Boullu? ... Comment ce n'est pas monsieur Boullu? ... Ah, La boucherie Sanzot!" (Voir "Les bijoux de la Castafiore" - à la dernière vignette de l'album).

Ce clichés vient du Centre Belge de la Bande Dessinée.

Dans un coin du château de Moulinsart, le portrait de famille. Vous remarquerez qu'il a eu un petit accident. Hélas oui, lors du récit d'une histoire mouvementée... "BANG BOUM DZINNG CRAC" ... "Victoire!... Rackham Le Rouge est liquidé! Et yo-ho-ho! Et une bouteille de rhum!..." (voir "Le Trésor de Rackham le Rouge"). 
Ce clichés vient du Centre Belge de la Bande Dessinée.

Aux pieds des escaliers du Centre Belge de la Bande Dessinée, prête au décollage, la fusée mise au point et élaborée par ce cher vieux Tryphon Tournesol. Encore un bel exemplaire de symbole incontestable de l'oeuvre de Hergé. 

Quand je vous disais que ces deux garnements sont toujours prêts à faire un mauvais tour! En voilà deux qui terminent leurs exploits en bien mauvaise position!

C'est Milou, avec sa vilaine habitude d'explorer les poubelles, qui fit cette trouvaille. Et, sapristi, ce petit morceau d'étiquette était parmi des documents rassemblés lors d'une affaire importante, très importante concernant des fausses pièces de vingt francs. Le nom du cargo Karaboudjan griffonné au crayon, où Tintin va faire une rencontre déterminante pour la suite de ses aventures milles s-s-sabords!

Hem! Je dirais même plus : hem!... Ne serais-ce pas les chapeaux de Dupond avec un D et de Dupont avec un T? Mais oui, ces chers frères de la bêtise ont toujours avec eux un chapeau de circonstance dans toutes leurs enquêtes... Botus et mouche cousue, c'est notre denise!

C'est du Royaume du Pélican noir que provient ce sceptre datant du roi Ottokar IV. La Syldavie, ce petit pays qui a pour devise "Eih bennek, eih blavek" (que Tintin traduira par "Qui s'y frotte s'y pique", en brusselaire, cela veut simplement dire "J'y suis, j'y reste!"), a aussi son symbole d'unité matérialisé par ce sceptre détenu actuellement par sa majesté Muskar XII, roi actuel de Syldavie. La Syldavie est là, dans l'imaginaire Hergéen, pour nous rappeler un autre petit royaume... 

Saperlipopette! De plus en plus étrange! Le signe du Pharaon sur la bague!... C'est lors d'un voyage mouvementé au pays des pharaons que Tintin fit la connaissance de Monsieur Philémon, égyptologue (tout comme E. P. Jacobini). Cette rencontre va de nouveau conduire notre ami dans une étrange affaire... Voici donc les cigares du Pharaon!

Finalement, si vous visitez un jour le Centre Belge de la Bande Dessinée, et que vous passez dans la zone réservée au maitre de la ligne claire, attendez-vous à faire la rencontre surprenante d'une oeuvre toujours aussi passionnante. Et la Castafiore d'affirmer au sujet du capitaine Hammock : "C'est un vieux loup de mer, un peu bourru au premier abord, mais qui cache sous cette rude écorce une âme simple de grand enfant un peu naïf... Madonna! Le voilà endormi!" (Les bijoux de la Castafiore", page 22, case 12).

Et si vous passez du côté des Marolles, le quartier où a vécu la grand-mère de Georges Remi, allez donc faire un tour sur la place du Jeu de Balle. C'est aussi la place du vieux marché. C'est à cet endroit que Tintin, en 1943, y acheta la maquette de la Licorne! Hergé y est, lui aussi, passé quelque fois... Comme en témoigne cette photo. Autre aspect savoureux de ce quartier dont Hergé s'est servi dans ses livres, c'est le brusselaire. Ce patois est un mélange de flamand, d'espagnol et de yiddish beaucoup parlé dans ce quartier populaire et qui a servi de base pour la création de nouvelles langues: pour le syldave et l'arumbaya. Hergé les as quelques peu modifié pour leurs donner des accents plus slave ou plus chantant, mais la base est bien là. Par exemple, la capitale du Khemed, Wadesdah, est en réalité "wa des da" en marollien et qui veut dire "c'est quoi ça?".

Enfin, voici un objet précieux ayant servi à Hergé durant de longues années: sa plume. Oui, c'est de celle-ci qu'il signait si élégamment de son pseudonyme, qu'il s'est inventé en 1924 à partir des initiales de son nom: Remi George (RG). Cette plume, de grande qualité (comme son possesseur était très exigeant), aurait une longue histoire à raconter... Quelques jours après la mort du maître de la ligne claire, Fanny (la seconde épouse de Hergé) offre ce porte-plume à Bob De Moor (collaborateur de Hergé depuis 1950) en témoignage d'affection, un don symbolique. Cette plume est actuellement exposée à la Fondation Raymond Leblanc, dans le bâtiment du Lombard.

Notation de l'article Sur les traces de Hergé

Avez-vous aimé cet article ?

 

Quelques livres en lien avec l'actualité de Hergé

 


Hergé, le feuilleton intégral : Volume 6, 1935-1937
(Réduction de 10% sur toutes les BD pour les clients résidant en Belgique)


Hergé, le feuilleton intégral : Volume 7, 1937-1939
(Réduction de 10% sur toutes les BD pour les clients résidant en Belgique)


Hergé, le feuilleton intégral : Volume 11, 1950-1958
(Réduction de 10% sur toutes les BD pour les clients résidant en Belgique)


Hergé : Paris, Grand Palais, Galeries nationales, 28 septembre 2016 - 15 janvier 2017
(Réduction de 10% sur toutes les BD pour les clients résidant en Belgique)


L'art d'Hergé: Hergé et l'art
(Réduction de 10% sur toutes les BD pour les clients résidant en Belgique)


Les Aventures de Tintin : Tintin au pays des Soviets
(Réduction de 10% sur toutes les BD pour les clients résidant en Belgique)


La grande aventure du journal Tintin - tome 0 - La grande aventure du journal Tintin
(Réduction de 10% sur toutes les BD pour les clients résidant en Belgique)


Hergé
(Réduction de 10% sur toutes les BD pour les clients résidant en Belgique)

Vous voulez vous abonner à mon blog ?

Rien de plus facile. Cliquez sur ce lien ou ce bouton  et remplissez votre e-mail dans le formulaire. Vous serez ainsi informé de mes prochains nouveaux articles. A bientôt !

Retour à l'accueil